Hypnose Thérapeutique

Hypnothérapie . Hypnose Ericksonienne . Thérapie brève . Pnl . TCC . Paris . Cabinet OrGadia

hypnothérapie
hypnothérapie
Articles / Stress lors de la prise de parole en public
Stress et hypnose

Coaching prise de parole en public — Gestion du stress et hypnose

Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Juin 2002

Cette article présente une réflexion sur un cas de gestion du stress lors de la prise de parole en public. Cette démarche s'inscrit dans le cadre d'un coaching managérial mené en entreprise.

 

Compte tenu des règles déontologiques de respect du secret professionnel et de réserve vis-à-vis des patients, les prénoms ainsi que certains éléments biographiques ont été modifiés.

__________________________________

Boris est cadre supérieur dans une multinationale de 50 000 salariés. Malgré un travail sur sa communication, Boris ressent immanquablement un stress profond et invalidant avant les symposiums internationaux qu’il organise chaque année. Il est convaincu d’avoir «  tout essayé » : stage en gestion du stress, coaching intensif en communication, etc. Il commente avec dépit : « Le coach m’a fait répété 14 fois mon discours, j’ai ennuyé toute mon équipe, il a même trouvé nécessaire de m’accompagner lors du colloque... à Hawaï. Finalement, on m’a dit que j’ai fait un discours à la Fidel Castro qui a ennuyé tout le monde ». Il ajoute qu’il n’y a rien à faire et qu’il refusera, aux dépens de sa carrière, de prendre un poste trop exposé. Curieusement en écoutant Boris, je ne ressens pas cela et je lui propose de l’aider sur ce point. Bien évidemment celui-ci ne se montre pas très enthousiaste : « Je ne vais pas recommencer à nouveau le travail sur ma communication, comme je vous l’ai dit je pense qu’il n’y a rien à faire. » Je lui dis qu’il est possible de faire quelque chose et que je ne lui parlerai pas de communication... Ce qui évidemment ne manque pas de le surprendre.

 

Je vous propose également un extrait sur le déroulement de la séance de travail.

Narration séance détaillée gestion du stress Gestion du stress, prise de parole en public et hypnose

__________________________________

Difficile de trouver un article sur le coaching sans tomber telle une litanie sur : « Le coaching n’est pas de la thérapie ». Pourtant, il est bien dommage d’ignorer ou de rejeter certaines techniques psychothérapeutiques qui par leur efficacité et leur champ d’application trouvent toute leur place dans le coaching.

Prenons le cas de Boris, cadre supérieur dans une multinationale de 50 000 salariés. Malgré un travail sur sa communication, Boris ressent immanquablement un stress profond et invalidant avant les symposiums internationaux qu’il organise chaque année. Il est convaincu d’avoir «  tout essayé » – stage en gestion du stress, coaching intensif en communication, etc. Il commente avec dépit : « le coach m’a fait répété 14 fois mon discours, j’ai ennuyé toute mon équipe, il a même trouvé nécessaire de m’accompagner lors du colloque…à Hawaï. Finalement, on m’a dit que j’ai fait un discours à la Fidel Castro qui a ennuyé tout le monde ». Il ajoute qu’il n’y a rien à faire et qu’il refusera, aux dépens de sa carrière, de prendre un poste trop exposé. Curieusement en écoutant Boris, je ne ressens pas cela et je lui propose de l’aider sur ce point. Bien évidemment celui-ci ne se montre pas très enthousiaste : « Je ne vais pas recommencer à nouveau le travail sur ma communication, comme je vous l’ai dit je pense qu’il n’y a rien à faire ». Je lui dis qu’il est possible de faire quelque chose et que je ne lui parlerai pas de communication... Ce qui évidemment ne manque pas de le surprendre.

Je perçois que Boris n’a pas, ou n’a plus, les difficultés qu’il imagine quant à sa communication. D’ailleurs, la vidéo qu’il me remet à la fin de cette première séance, pour que je constate « l’ampleur du problème », met paradoxalement en évidence d’indéniables qualités d’orateur. En bonne logique, Boris, comme son entourage dans l’entreprise, sont convaincus que, s’il est stressé à ce point lorsqu’il doit prendre la parole en symposium, c’est qu’il a des difficultés en communication et qu’il faut l’aider à progresser sur ce plan.

Le regard global et singulier que je porte sur lui lors de cette première séance m’amène à penser que son problème se situe ailleurs. Le travail que nous ferons confirmera qu’il réactive inconsciemment, face à l’idée de devoir prendre la parole devant un grand groupe, un malaise profond lié à un souvenir traumatique. Une unique séance consacrée à cette question lui permettra, non seulement, de se libérer durablement de son stress et, à son grand étonnement, de recevoir de nombreuses félicitations à l’issue de ses présentations. Le stress de Boris s’apparentait à une phobie qui a été traitée ici par une technique de thérapie brève PNListe (programmation neurolinguistique) associée à une hypnose conversationnelle. Cette technique vise à dissocier les émotions associées par le passé à certains évènements pour établir une nouvelle association, cette fois bénéfique à la personne. Ce changement, par sa rapidité, présente pour les intéressés un caractère un peu « magique », qu’ils relient difficilement au travail réalisé ; Boris dira avec humour : « Je ne vois vraiment pas le rapport avec ce que nous avons fait durant cette séance, mais je dois vous avouer que quelque chose m’inquiète un peu – en souriant – je n’ai plus aucun stress à l’idée de ce symposium... »

En France, on pense encore trop souvent, certainement à cause de la prégnance psychanalytique, qu’un travail psychothérapeutique consiste nécessairement à rechercher les causes d’un trouble dans le passé, dans l’enfance, dans les relations avec les parents... et que la guérison passe nécessairement par la prise de conscience de ces hypothétiques causes et de la signification de son symptôme. En réalité, le champ des thérapies brèves se référant à la PNL, à l’Analyse Transactionnelle, à l’hypnose éricksonienne, etc., activent d’autres ressorts thérapeutiques et leurs outils trouvent, non seulement, toute leur place dans le coaching mais, plus encore, constituent pour l’essentiel les outils de gestion de la relation et d’activation du changement du coaching.

Au-delà de ce type de technique, les effets thérapeutiques du coaching, que le coach en ait conscience ou pas sont toujours présents. Souvent, à l’instar de Victor, cadre dirigeant, les personnes nous diront : « Je me rends compte que le coaching me donne beaucoup plus de liberté dans ma vie de tous les jours, dans mes décisions, mes choix. Je passe plus facilement à l’acte sans me mettre de barrière personnelle... » Même si la demande professionnelle reste le fil conducteur de son intervention en entreprise, le coach doit être capable d’appréhender et d’accueillir la personne dans sa globalité. Il n’y a pas une personne au travail et une autre en dehors de l’entreprise.

Aussi, un coach de cadres et dirigeants ne doit pas uniquement puiser dans des concepts et modèles de réflexion stratégique, de management ou de psychologie. Il doit également avoir l’expérience et le vécu d’une pratique thérapeutique et être parfaitement conscient des effets thérapeutiques de son accompagnement.

__________________________________

Quelle différence entre le stress et l'anxiété ?

Le stress est une réaction physiologique et psychologique face à une pression subie, une contrainte ou à un évènement le plus souvent inattendu ou inhabituel qui nous semble d'un point de vue rationnel dangereux, inquiétant, difficile à réalisé ou représente un enjeu important. Cette réaction de l'organisme nous permet normalement de faire face plus efficacement à la situation. Au-delà d'un seuil ou d'une durée excessive, le stress devient néfaste et, dans ce cas, les symptômes psychophysiologiques liés à ce stress ou à l'anxiété peuvent être similaires. Pour Boris, cette prise de parole en public ne lui paraît pas objectivement et rationnellement comme une situation difficile. Il ne comprend pas ses irrépressibles anticipations négatives, ni sa détresse, ni ce qu'il ressent, ni son comportement lorsqu'il intervient lors de ces colloques. Ses symptômes relèvent plutôt d'un trouble anxieux.

 

Autre textes

Y a-t-il une place pour une pratique psychothérapeutique dans le coaching ?

J'ai développé l'article : Gestion du stress, prise de parole en public et hypnose dans Le grand livre du coaching, Eyrolles, 2008. Dans la première partie je traite de la place d'une approche thérapeutique dans le coaching de cadres et dirigeants. Dans la seconde partie je développe plus spécifiquement la place de l'hypnose dans le coaching managérial.

Lire la partie 1 mettant en perspective psychothérapie et coaching

Y a-t-il une place pour une pratique psychothérapeutique dans le coaching Y a-t-il une place pour une pratique psychothérapeutique dans le coaching - partie 1

Lire la partie 2 traitant de l'hypnose dans le coaching managérial

Y a-t-il une place pour une pratique psychothérapeutique dans le coaching Y a-t-il une place pour une pratique psychothérapeutique dans le coaching - partie 2

Coaching prise de parole en public, gestion du stress et hypnose

Boris est cadre supérieur dans une multinationale de 50 000 salariés. Malgré un travail sur sa communication, Boris ressent immanquablement un stress profond et invalidant avant les symposiums internationaux qu’il organise chaque année. Il est convaincu d’avoir « tout essayé » – stage en gestion du stress, coaching intensif en communication, etc.

En savoir plus sur le déroulement de la séance : témoignage Gestion du stress lors de la prise de parole en public et hypnose Gestion du stress lors de la prise de parole en public et hypnose

Pathologie et traitement des troubles phobiques

Je présente dans ce texte ce qui caractérise les différents troubles phobiques : phobies spécifiques, agoraphobie et phobie sociale. Je vous propose ensuite des cas cliniques ou témoignages de patients traités en hypnothérapie pour ces trois types de phobies. Je termine par une discussion comparée sur les traitements en hypnothérapie, TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive) et en psychanalyse.

Lire Pathologie des troubles phobiques, phobie spécifique, agoraphobie, phobie sociale. Hypnose et hypnothérapie Paris Orgadia Pathologie et traitement des troubles phobiques

Traitement de la phobie (anxiété) sociale en hypnothérapie

Clarissa, 42 ans, souffre d'une phobie sociale.  Lors de notre premier entretien Clarissa commence par me dire qu’elle est en analyse depuis 11 ans. Elle a l’impression de piétiner, d’avoir tellement analysé, essayé de comprendre tout en étant toujours confrontée aux mêmes peurs. Elle ajoute : « A force de mettre des mots, c’est même pire... » Elle décrit ainsi son trouble : «J’ai peur de me positionner vis-à-vis de quelqu’un. J’angoisse en public, j’ai le cœur qui bat très fort. J’ai cette sensation d’être le point de mire de tout le monde, d’être jugée. J’imagine que l’on va penser que je suis nulle et que je ne vais pas avoir de répondant… ça me met dans un tel état. Je voudrais être invisible, ne pas être interpelée. Pourtant j’ai envie de dire des choses mais j’ai cette impression de décoller, que tout mes souvenirs s’en vont, tout disparaît... de quoi je vais avoir l’air ? » Sa vie affective est entre parenthèses depuis déjà dix ans. Elle raconte comment en quelque séances « les verrous ont sauté », « les vannes se sont ouvertes »...

Lire Traitement de la phobie sociale en hypnothérapie Traitement de la phobie sociale en hypnothérapie

Jean Touati

Hypnothérapeute

Thèmes associés : Psychothérapie | Thérapie brève | 75 |

Cabinet Orgadia Paris Copyright © 2001 - 2017
Ancienne adresse : 46 rue Montmartre 75002 Paris