Hypnose Thérapeutique . Paris

Hypnothérapie . Hypnose Ericksonienne . Thérapie brève . Pnl . TCC . Paris . Cabinet OrGadia

Hypnose, hypnothérapie, hypnose Ericksonienne et thérapie brève, hypnotherapeute à Paris
Hypnothérapie, hypnose, thérapie brève et hypnose Ericksonienne, hypnotherapeute à Paris
Articles / Méthodes de relaxation en TCC
TCC - Thérapie Comportementales et Cognitives - relaxation - et hypnothérapie Cabinet Orgadia Paris Jean Touati Hypnothérapeute

Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) et hypnose — complémentarités et limites :

Les méthodes de relaxation en TCC

Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Juin 2010

Compte tenu des règles déontologiques de respect du secret professionnel et de réserve vis-à-vis des patients, les prénoms ainsi que certains éléments biographiques ont été modifiés.

Je présente deux méthodes de relaxation pratiquées en TCC : le contrôle de la respiration et la relaxation de Jacobson.

La démarche et les illustrations cliniques présentées dans ce texte sont issues d'une thérapie TCC de groupe suivie par des patientes souffrant de fibromyalgie (douleur chronique) au sein du CETD (Centre de Traitement et d'Evaluation de la Douleur) de l'hôpital Ambroise Paré à Boulogne.  

Je co-animais ce groupe thérapeutique aux côtés d'une psychologue clinicienne et d'un médecin psychothérapeute tous deux spécialisés en TCC. 

Je porte, ici, un regard croisé basé sur ma pratique d’hypnothérapeute.

__________________________________

Le contrôle de la respiration

Il s’agit de ressentir sa respiration : d’inspirer, de faire une pause, d’expirer et à nouveau une pause. Pour certaines patientes « cela n’est pas évident. » La psychologue éteint la lumière et baisse les stores, puis avec une voix très douce sur un rythme régulier : « Prenez une position confortable. Faite cet exercice calmement sans vouloir trop bien faire. Posez les mains sur le ventre, fermez les yeux, portez votre attention sur le mouvement de la main, commencez à prendre conscience de l’inspiration... » La psychologue lit un texte de François Boureau (1991). La démarche dure une dizaine de minutes. Elle propose ensuite de revenir sur leurs sensations et sur la manière d’utiliser la respiration lors des crises douloureuses. Elle recommande de le faire à la maison, dans le noir, allonger avant d’aller se coucher puis ensuite dans d’autres lieux. La patiente, Caroline, dit qu’allonger pour elle c’est la panique, elle se sent étouffer.

Je fais remarquer que la démarche de relaxation d’après le texte de François Boureau — je l’ai faite en même temps que les patients — et totalement centrée sur un discours kinesthésique et est très directe. Il manque, selon moi, de balayer d’autres sens, notamment de recourir à davantage d’imagerie, dans une approche plus métaphorique. Certaines patientes le ressentent également : « J’avais du mal à rentrer dans la relaxation, sauf quand vous avez parlé de l’image, surtout à la fin avec le soleil. »

Ce type de démarche sur la respiration est beaucoup utilisé en hypnothérapie mais de manière plus créative, plus libre, en adaptant le discours au patient. Je donne un exemple pour le mouvement respiratoire : au lieu de dire directement : « votre poitrine... » l’on peut dire : « Comme un bateau flottant sur la houle qui monte et qui descend au rythme de votre respiration... » La psychologue argumente que comme les patientes sont focalisées sur leurs sensations physiques (leurs douleurs), il est bon que la démarche soit centrée sur le corps. Elle ajoute : « Ils ont un côté résistant ; ils ne sont pas capables d’imaginer, en se raccrochant à quelque chose de physique c’est accessible à tous, on parle juste du corps, il y a moins de peurs et on leur apporte une technique ce qui augmente le sentiment d’efficacité personnelle. »

 

La relaxation de Jacobson 

Les patients sont accompagnés par un discours les amenant à se détendre. En général allongés, les yeux fermés (ici en séance collective assis), la psychologue les invite à contracter puis relâcher successivement tous les muscles tout en portant leur attention sur leurs sensations musculaires. Elle finit par l’évocation d’un endroit agréable (la plage). Là aussi la psychologue lit un texte de François Boureau (1991). La démarche dure une demi-heure.

La démarche de Jacobson rejette, dans ses principes théoriques, toute idée de suggestion, d'hypnose ou théories psychanalytiques, en se fixant à un niveau purement physiologique. Cependant le lien entre le corps et l’esprit s’exprime parfois spontanément : lors de cette séance la psychologue était un peu surprise des spasmes et des lévitations spontanées. Je lui expliquerai qu’elle fait une induction hypnotique (sans le savoir) et que ce sont des signes que l’on observe en transe hypnotique. De même il me semble illusoire de vouloir s’affranchir de toutes suggestions. Cette démarche de relaxation, au contraire, en tant qu’acte symbolique — tout comme l’hypnose — donnant au patient le sentiment de « faire quelque chose » — Je fais référence à ce que peuvent exprimer les patientes, à propos des entretiens, en s’adressant à la psychologue : « Vous voulez dire qu’on peut prendre rendez-vous avec vous par la suite, mais on ne fait rien dans un rendez-vous ! (rire de la psychologue et du thérapeute) C’est vrai ! » —, peut être utilisée pour la suggestion positive que le patient peut y associer.

Sara : « J’étais bien, ma douleur ça va. Ça va, mais... pendant que vous parliez ça me faisait du bien et au fond ça me tirait comme tout, il y avait quelque chose qui était là tout le temps, j’essayais d’y échapper à chaque fois. »

La psychologue lui dira qu’il ne faut pas faire attention et rester sur le ressenti physique.

Le travail en hypnothérapie liera étroitement le somatique et le psychique par exemple dans une approche symbolique j’aurai bien enchaîné par : « C’est quoi cette chose qui vous tire ? Par où cela vous tire ? Qu’elle forme ? Qu’elle couleur ça a ?... », ou plus spécifiquement sur la douleur : « Vous pouvez observer cette douleur, elle a peut-être une couleur, une forme, peut-être c’est comme un picotement, comme de la chaleur ... vous pouvez peut-être changer juste une lettre pour laisser venir « la douceur » ...? Je note aussi que l’on peut les toucher davantage, en leur parlant « à elle », en utilisant leur prénom. Le thérapeute intègrera ces réflexions par la suite.

Les bienfaits de la relaxation restent assez mitigés, lors du bilan :

Christine : « J’ai super bien accrochée sur la première partie, la relaxation ça m’a énormément aidé maintenant, je prends le train et le métro.»

Caroline : « Par exemple la relaxation, je ne vois pas du tout de différence par rapport à il y a six mois, la relaxation finit par me saouler, peut-être que j’attends trop, trop vite. »

 

Autres textes

Dans ces textes je présente des outils et méthodes de l'approche TCC tout en portant un regard croisé basé sur ma pratique d’hypnothérapeute.

Principes des thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Je présente dans ce texte une synthèse sur les TCC et détaille ensuite la le programme TCC proposé au CETD de l'hôpital Ambroise Paré (Boulogne-Billancourt) aux patientes souffrant de fibromyalgie (douleur chronique).

Lire Analyse fonctionnelle TCC Thérapie Comportementale et Cognitive - la grille SECCA - Hypnothérapie Principes des thérapies Comportementales et Cognitives TCC

Analyse fonctionnelle TCC : la grille SECCA

Cette grille d'analyse, utilisée pour l’analyse fonctionnelle par le thérapeute, permet au patient, au travers d’une auto-observation, de comprendre l’interaction entre ses mécanismes de pensées et ses comportements. En partant d’une situation – Stimulus – il lui est demandé d’observer et de consigner ses Emotions, ses Cognitions (pensés, images mentales, croyances) puis ses Comportements et ses mécanismes d’Anticipation.

Lire Analyse fonctionnelle TCC Thérapie Comportementale et Cognitive - la grille SECCA - Hypnothérapie Analyse fonctionnelle TCC : la grille SECCA

Modifier les schémas de pensée dysfonctionnels en TCC

Je présente une démarche thérapeutique en TCC visant à faire évoluer les "schémas de pensée dysfonctionnels".

Lire TCC Thérapie Comportementale et Cognitive - Schémas de pensée dysfonctionnels - Hypnothérapie Modifier les schémas de pensée dysfonctionnels en TCC

TCC et hypnose - complémentarités et limites : la relation thérapeutique

Je présente dans ce texte mes réflexions sur la gestion de la relation thérapeutique en TCC.

Lire TCC Thérapie Comportementale et Cognitive la gestion de la relation thérapeutique et hypnothérapie TCC et hypnose - complémentarités et limites : la relation thérapeutique

TCC et hypnose - complémentarités et limites : la rationalité des TCC, l'imagination et la liberté de l'hypnose

Je présente dans ce texte une réflexion sur les limites de l'approche TCC en ouvrant une perspective sur une démarche intégrative se nourrissant à la fois de l'hypnose et des TCC.

Lire TCC Thérapie Comportementale et Cognitive et Hypnothérapie Comparaison Regard croisé TCC et hypnose - complémentarités et limites : la rationalité des TCC, l'imagination et la liberté de l'hypnose

 

Bibliographie

ALFORD B.A., BECK, A.T. The integrative power of cognitive therapy. New York : The Guilford Press, 1997

BANDLER, R., GRINDER, J. The Structure of Magic : A Book about Language and Therapy. Palo Alto, CA: Science & Behavior Books, 1975.

BIOY, A., MICHAUX, D. (sous la dir. de), Traité d’hypnothérapie. Paris : Dunod, 2007

BOUREAU, F. Contrôler votre douleur, faire face à une douleur rebelle. Paris : Petite bibliothèque Payot, 1991

BRASSEUR, L. (sous la direction de) Traitement de la douleur. Paris : Edition Doin, 1997

CALLE, S. Douleur exquise. Paris : Acte Sud, 2003

CASTEL, A. et al. Cognitive-behavioural group treatment with hypnosis: a randomized pilot trial in fibromyalgia. Contemporary Hypnosis, Mar 2009, Vol. 26 Issue 1, p48-59

CEDRASCHI, C. Aspects psychologiques de la fibromyalgie. Revue du rhumatisme. Editions Scientifiques et Médicales Elsevier, 2003

COTTRAUX, J. Les thérapies comportementales et cognitives. Paris : Masson, 2004

COTTRAUX, J., BOUVARD M., LEGERON P. Méthodes et échelles d’évaluation des comportements. Issy-les-Moulineaux : Editions d’application psychotechniques, 1985

ERICKSON, M.H. L’hypnose thérapeutique. quatre conférences, Paris : ESF, 1990

FERENCZI, S. (1920-1932) Le traumatisme. Paris : Petite bibliothèque Payot, 2006

FREUD, S. (1890-1920) Traitement psychique (traitement d’âme) in Résultats, idées, problèmes, Tome I, Paris : PUF, 1984

HAHUSSEAU, S. Comment ne pas se gâcher la vie ? Paris : Odile Jacob, 2003

HARRER, M. E. Mindfulness and the mindful therapist: possible contributions to hypnosis. Contemporary Hypnosis, Dec 2009, Vol. 26 Issue 4, p234-244, 11p

LAZARUS, A.A. Multimodal behavioral therapy, New-York: Springer, 1977

MELCHIOR, T. Créer le réel, hypnose et thérapie. Paris : Éd. du Seuil, 1998

MELZACK, R., CASEY, K.L. (1968) Sensory, motivational and central control determinant of pain. In D.R. Kensalo (Ed.), The skin senses (pp. 423-439). Sprinfield CC: Thomas

OVALDE, V. Ce que je sais de Vera Candida. Paris : L’Olivier, 2009

ROGERS, C. (1942) La relation d'aide et la psychothérapie, Paris : ESF, 2008

ROUSTANG, F. Qu’est-ce que l’hypnose. Paris : Les éditions de minuit, 2003

ROUSTANG, F. Influence. Paris : Les Editions de Minuit, 1990

SEARLE, J.R. Les actes de langage. Paris : Hermann, 1972

SWEIG, S. Vingt-quatre heures de la vie d'une femme. Paris : Roman Poche, 1992

WATKINS, J. G. (1971) The Affect Bridge: A Hypnoanalytic Technique. International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis, p. 21-27.

WOLPE, J. La pratique des thérapies comportementales. Paris : Masson, 1975

WROBEL, J. ALLAZ, AF. Aspects psychologiques de la douleur chronique. Paris : Institut UPSA de la douleur, 2003

ZINDEL, V. Les thérapies cognitives basées sur la pleine conscience pour la dépression. Edition Boek, 2006

Jean Touati

Hypnothérapeute

Thèmes associés : Psychothérapie | Thérapie brève | 75 |

Cabinet Orgadia Paris Copyright © 2001 - 2019
Anciennes adresses :
46 rue Montmartre 75002 Paris
53 rue de la Chaussée d'Antin 75009 Paris