Hypnose Thérapeutique . Paris

Hypnothérapie . Hypnose Ericksonienne . Thérapie brève . Pnl . TCC . Paris . Cabinet OrGadia

Hypnose, hypnothérapie, hypnose Ericksonienne et thérapie brève, hypnotherapeute à Paris
Hypnothérapie, hypnose, thérapie brève et hypnose Ericksonienne, hypnotherapeute à Paris
 Articles / Traitement par régression en âge / La RHV
le protocole de traitement par régression sous hypnose : Remodélisation d'Histoire de Vie RHV - Comment parler au patient

La remodélisation d'histoire de vie - RHV - : comment s’adresser au patient lors d’une régression en âge sous hypnose ?

Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Janvier 2012

Résumé

Suite à la publication, sur le forum Transe Hypnose, du cas sur le traitement du bégaiement en hypnothérapie je reçois cette question : « Il y a un truc qui m'a gêné lors de la régression, vous faites parler votre client à la troisième personne, je trouve ça bizarre, de plus cela le dissocie de ses émotions..., vous auriez pu même vous adresser à ce petit Arthur avec le tutoiement et surtout ne pas employer la troisième personne en vous adressant à Arthur. »

Je précise dans ce court texte, qui vient compléter le texte sur le traitement par régression en âge - RHV -, l'effet thérapeutique recherché au travers des différentes manières de s'adresser au patient et à l'enfant de l'époque.

__________________________________

« J’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir. »

 Louis Aragon, Le fou d’Elsa (1963)

La manière de m’adresser au patient lors de la régression en âge sous hypnose est un élément déterminant et stratégique du travail thérapeutique. J’expliquais cela dans l’article La remodélisation d'histoire de vie : comprendre la démarche et les bienfaits de la régression dans le passé sous hypnose La remodélisation d'histoire de vie : comprendre la démarche et les bienfaits de la régression dans le passé sous hypnose. Je détaille davantage ici ce point.

En règle général je ne recherche pas, contrairement à l'approche psychanalytique, l’abréaction. Je rappelle que dans la méthode cathartique l'effet thérapeutique recherché est une « purgation » (catharsis), une décharge des affects pathogènes. Selon la théorie développée par Freud & Breuer (1895) dans les Etudes sur l'hystérie, les affects qui n'ont pas réussi à trouver la voie vers la décharge restent « coincés », exerçant alors des effets pathogènes. Au cours de la cure le sujet évoque, voire, revit les évènements traumatiques auxquels ses affects sont liés et abréagit ceux-ci – décharge émotionnelle par laquelle le sujet se libère de l'affect (Laplanche et Pontalis, 2004). Pour plus de détails lire Psychanalyse et hypnose : une filiation désavouée ? Psychanalyse et hypnose : une filiation désavouée ?

Mon expérience clinique et mes réflexions théoriques m'amènent à considérer qu’il n’y a pas vraiment de bénéfice à revivre, avec la même émotion, ce qui a été vécu douloureusement et qu'il y aurait même dans cette pratique un effet pathogène. Les récentes recherches sur la mémoire mettent en lumière le travail de « réparation » des souvenirs que l’on fait lors de la régression hypnotique : un souvenir est modifié lorsqu’on le « revoit » dans un contexte émotionnel différent. J’illustre cela avec un exemple personnel : j’ai des souvenirs traumatiques de la guerre d’Algérie lorsque j’avais trois ans. Je sais que ces souvenirs ne sont pas les souvenirs originels mais ceux que j’ai revus lorsque j’avais dix ans et que j’ai re-rangés débarrassés des affects associés.

Dans certains cas, assez rare, le patient va, de lui-même, spontanément abréagir un moment douloureux. Je l'accompagnerai dans cette voie, comme dans l'exemple ci-après, si je considère que l'émotion qu'il revit présente un caractère libérateur.

Je reviens sur la manière de m’adresser au patient lors de la régression à travers deux exemples :

Ce patient en transe profonde (ouvre les yeux — sans voir —, bouge violement) se met à hurler à sa mère : « Pourquoi tu me fais faire ça, ce n’est pas à moi de faire ça... ! » Il hurlera, en gesticulant violemment, en tapant dans ses mains, sur lui, tout au long de la séance. Je l'amènerai à s'apaiser vers la fin de la séance. Je m’adresserai directement à cet enfant, en le tutoyant, en parlant moi aussi très fort, en criant aussi, tout au long de la séance. Après cette phase d’abréaction qui le submerge et semble bénéfique — il crie ce qu’il n’a pas pu dire à l’époque —, je lui proposerai, toujours en m’adressant à lui (« tu ») d’imaginer un scénario « réparateur » que l'enfant vivra avec l'émotion libératrice associée.

Cette patiente, aussi en transe profonde, rouvre les yeux — sans voir — et crie, elle a trois ans, elle est terrifiait, elle me dit : « Je ne veux pas voir ça, je sais que ma mère va me taper, je ne veux pas ! » Elle revit une scène dont l’adulte n’avait pas le souvenir. Je calmerai d’abord l’enfant pour ensuite l’amener à se dissocier ; se voir sur l’écran de l’extérieur (je faisais la régression en l’amenant à regarder le film de sa vie remonter le temps). Nous parlerons à ce moment-là, moi et la patiente, en dissocier en décrivant ce que la petite fille, en disant « elle » ou « la petite suivi de son prénom » fait dans la scène que l’on voit. Si elle me dit à nouveau « je », je la reprendrai pour l’amener à dire « elle », ce que les patients font très naturellement. Dès lors l’émotion n’est plus ressentie et j’amènerai ensuite, par exemple, la patiente à revoir cette scène de l’extérieur en ressentant une émotion agréable (un souvenir agréable préalablement retrouvé) ce qui, comme je l’expliquai sur la recherche sur les souvenirs et la mémoire, modifie l’affect associé à ce moment traumatique ce qui est un des buts de ce travail de régression en âge.

Je fais en général ce travail de régression au cours d’une unique séance pour ensuite amener le patient à se projeter dans son nouveau futur. En effet, contrairement à la plupart des approches psychothérapeutiques, le travail en hypnothérapie, tel que je le pratique, ne s'éternise pas sur le passé. Je considère même qu'une remémoration incessante, au long cours, du passé aurait plutôt un effet pathogène, voire même, comme je le vois parfois chez des patients ayant suivi une longue analyse, un effet iatrogène (trouble provoquée par le traitement). En particulier lorsque l'analyste se réfère à une étiologie déterministe et figée, amenant ainsi ses patients à se remémorer inlassablement leur passé pour rechercher parmi leurs souvenirs ceux qui, à l'instar de prémisses logiques et causalistes, confirmeraient ce que l'on veut démontrer en oubliant, en regard, de chercher ceux qui, au contraire, pourraient l'infirmer. Cette patiente qui me consulte en s'interrogeant sur la démarche psychanalytique dans laquelle elle s'est engagée depuis quelques mois,  exprimera ce ressenti au travers d'une métaphore assez amusante : « C'est vrai, je ne comprends pas comment l'on peut imaginer un jour devenir propre en se lavant continuellement avec de l'eau sale ! »

 

Autres textes

Après un long silence, le retour de l'hypnose

Dans ce texte d'introduction je présente les étapes du renouveau de l'hypnose en France, les principes du protocole d'hypnose thérapeutique : Remodélisation d'Histoire de Vie – RHV – utilisant la régression hypnotique dans le passé ainsi que des exemples cliniques.

Lire Après un long silence, le retour de l'hypnose Après un long silence, le retour de l'hypnose

La remodélisation d’histoire de vie : comprendre la démarche et les bienfaits de la régression sous hypnose

Je détaille dans ce texte le déroulement du protocole d'hypnose thérapeutique : Remodélisation d'Histoire de Vie – RHV.

Lire La remodélisation d'histoire de vie : comprendre la démarche et les bienfaits de la régression dans le passé sous hypnose La remodélisation d'histoire de vie : comprendre la démarche et les bienfaits de la régression en âge sous hypnose

Régression en âge sous hypnose : témoignage dans le cas d'une patiente souffrant d'une phobie sociale

Dans ce texte je vous propose d'approcher au plus près la démarche de régression en âge ; je raconte le travail réalisé lors de la première séance avec Clarissa, jeune femme de 42 ans souffrant d'une phobie sociale.

Lire Régression en âge sous hypnose : témoignage dans le cas d'une patiente souffrant d'une phobie sociale Régression en âge sous hypnose : témoignage dans le cas d'une patiente souffrant d'une phobie sociale

Régression dans des vies antérieures sous hypnose : quelle réalité ?

Dans ce texte je vous propose la narration détaillée d'une séance de régression « avant la naissance ». La patiente est très réceptive et entre rapidement en transe profonde. Une fois en transe hypnotique, cette dernière se révèlera très loquace, nourrissant de moult détails une narration très littéraire de ce « qu'elle vit » durant la séance. Cette volubilité n'est pas des plus habituelle ; certains patients en transe profonde ont du mal à s'exprimer, voire même, ne peuvent pas du tout parler. Remontant à la naissance, puis à la vie fœtale, elle poursuivra au-delà de sa conception pour une rencontre d'un au-delà bienveillant que je vous laisse découvrir. Ce récit est précédé d'une réflexion sur notre mémoire et nos souvenirs et traite également de l'influence de la psychanalyse sur une vision des processus psychothérapeutiques.

Lire Régression dans des vies antérieures sous hypnose : quelle réalité ? Régression dans des vies antérieures sous hypnose : quelle réalité ?

Psychanalyse et hypnose : une filiation désavouée ?

Dans ce texte je synthétise l'histoire des prémices de la psychanalyse. Je reviens sur les raisons qui auraient conduit Freud à renoncer à l'hypnose puis je poursuis sur les découvertes thérapeutiques de Sandor Ferenczi, contemporain de Freud, qui contrairement à ce dernier, continua, face aux limites qu'il rencontrait dans la pratique clinique de la psychanalyse, à utiliser l'hypnose tout en innovant. Sa pratique se révèle, étonnement, être  très proche de la pratique actuelle de l'hypnose.

Lire Psychanalyse et hypnose : une filiation désavouée ? Psychanalyse et hypnose : une filiation désavouée ?

L'hypnose Ericksonienne : sa singularité

Je présente, en me référant à quelques auteurs, ce qui caractérise spécifiquement l'hypnose éricksonienne.

Lire L'hypnose Ericksonienne : sa singularité L'hypnose Ericksonienne : sa singularité

 

Bibliographie

FREUD, S. BREUER, J. (1895) Etudes sur l’hystérie. Paris : Payot, 1956

LAPLANCHE, J. PONTALIS, J.B. (1967), Vocabulaire de la psychanalyse. Paris : PUF, 2004

Jean Touati

Hypnothérapeute

Thèmes associés : Psychothérapie | Thérapie brève | Hypnose régressive | 75 |

Cabinet Orgadia Paris Copyright © 2001 - 2019
Anciennes adresses :
46 rue Montmartre 75002 Paris
53 rue de la Chaussée d'Antin 75009 Paris