Hypnose Thérapeutique . Paris

Hypnothérapie . Hypnose Ericksonienne . Thérapie brève . Pnl . TCC . Paris . Cabinet OrGadia

Hypnose, hypnothérapie, hypnose Ericksonienne et thérapie brève, hypnotherapeute à Paris
Hypnothérapie, hypnose, thérapie brève et hypnose Ericksonienne, hypnotherapeute à Paris
Articles / Pathologie des troubles dépressifs
Dépression, Troubles de l'humeur, Thymiques, Etat dépressif, Guide d'auto-diagnostic, Hypnothérapie, Hypnose, Thérapie Brève, Cabinet Orgadia Paris Jean Touati Hypnothérapeute

Pathologie des troubles dépressifs — dépression, trouble de l'humeur — hypnothérapie et thérapie brève

Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Février 2009

La dépression caractérisée touche tous les ans au moins 4,7 % de la population — prévalence sur un an — (Le Pape, 1996). C'est une maladie de longue durée : 45 mois environ (Tylee, 1999), à caractère récurrent dans 75 à 80 % des cas et chronique dans 15 à 20 % des cas (Angst, 1998).

Ce texte décrit les symptômes caractéristiques d'un état dépressif et les différents types de dépression — on parle également de troubles de l'humeur ou de troubles thymiques —. Vous trouverez également un questionnaire permettant de réaliser, soi-même, un premier diagnostic rapide de la dépression puis, en lien, des témoignages de patients ayant été traités en hypnothérapie.

__________________________________

Les symptômes de la dépression

Le syndrome dépressif se caractérise par le ressenti, durant au moins une période de 2 semaines, d’une douleur morale et d’un ralentissement psychomoteur, auxquels s'ajoutent d'autres symptômes non spécifiques.

Douleur morale

La douleur morale s'exprime au travers d’une tristesse durable, peu sensible au réconfort, avec une perte de l'estime de soi — sentiment d'incapacité, d'échec, de honte, de culpabilité —, une incapacité à ressentir du plaisir même pour toutes activités que la personne appréciait habituellement (anhédonie), parfois une incapacité à ressentir un quelconque sentiment, un pessimisme, des idées noires, une rumination du passé.

Ralentissement psychomoteur

Le ralentissement psychomoteur se ressent comme une perte de l'influx vital. La personne peut ressentir une grande fatigue (asthénie), le visage peut être figé, la voix monotone. Cela peut s’accompagner d’une absence de désir (aboulie), d’une diminution de la libido, d’un appauvrissement de la pensée (bradypsychie) avec des troubles de la mémoire et un repli social.

Contrairement aux caractéristiques courantes de la dépression, certaines dépression dites anxieuses, se manifestent  par une grande agitation psychique et motrice, les personnes sont enclins à des crises de panique et le risque suicidaire est élevé.

Symptômes non spécifiques associés à la dépression

D’autres symptômes non spécifiques sont souvent présents : l’angoisse qui peut être masquée par le ralentissement, l’anorexie (perte d’appétit) est fréquente mais il peut aussi y avoir une hyperphagie conduisant à une obésité. La douleur morale entraîne souvent de l’insomnie mais le ralentissement peut, au contraire, conduire à une hypersomnie.

Formes cliniques de la dépression

La dépression peut s’exprimer au travers de nombreuses formes cliniques :

Formes somatiques dites « dépression masquée » s’exprime au travers de céphalées, de maux de dos, de troubles digestifs, de douleurs chroniques, etc. Les personnes ressentant ces douleurs ne sont, le plus souvent, pas consciente de leur trouble dépressif.

Formes comportementales, fréquentes chez les adolescents, elles s’expriment à travers la fugue, la recherche du danger (ordalie), des conduites antisociales, etc.

Formes cognitives souvent chez les personnes âgées où l’inhibition intellectuelle peut à tort faire penser à une démence (trouble du type Alzheimer) mais aussi chez les enfants entrainant des situations d’échec scolaire.

Formes addictives comme l’alcoolisme, la toxicomanie, aussi la boulimie et l’anorexie mentale peuvent refléter une sorte de « défense » contre un risque dépressif.

Dépression primaire ou secondaire

Lorsque la dépression ne résulte pas d’un autre trouble psychique ou organique on parle de dépression « primaire ». Cette dépression peut résulter à la fois de facteurs déclenchants et de facteurs liés à une personnalité vulnérable. Lorsque la cause traumatique s’impose on parle de dépression « réactionnelle ». Cette cause peut aussi, paradoxalement, être un évènement en apparence heureux : mariage, promotion, naissance...

Lorsqu’il n'y a ni évènement déclenchant notable, ni personnalité fragile on retrouve fréquemment des antécédents personnels et familiaux dépressifs.

Cependant tout trouble psychique peut être associé à des phases dépressives. Lorsque le syndrome dépressif accompagne un autre trouble psychique ou organique on parle de dépression « secondaire ».

 

Cette catégorisation donne quelques points de repère mais la dépression peut être à la fois la cause initiale mais aussi la conséquence d’un autre trouble psychique. Elle peut aussi comporter à la fois des éléments psychogènes primaires et / ou secondaires et des éléments somatogènes.

 

Auto-évaluation de la dépression

Seule une consultation chez un professionnel de la santé vous permettra de poser le diagnostic de dépression. Mais vous pouvez vous faire une première opinion en répondant aux questions du MINI, un outil d’auto-évaluation rapide.

MINI questionnaire d'auto-évaluation de la dépression

Au cours du mois dernier, avez-vous eu une période, d’une durée d’au moins deux semaines, pendant laquelle :

1/ Vous vous êtes senti(e) triste, cafardeux(se), déprimé(e), la plupart du temps au cours de la journée, et ce, presque tous les jours ? O/N

2/ Vous aviez presque tout le temps le sentiment de n’avoir goût à rien, d’avoir perdu l’intérêt ou le plaisir pour les choses qui vous plaisent habituellement ? O/N

Si vous avez répondu non à ces deux questions, vous ne vivez sûrement pas une phase dépressive. Si vous avez répondu oui à au moins une de ces deux questions, poursuivez.

Durant cette période de 2 semaines :

3/ Votre appétit a-t-il notablement changé ou avez-vous pris ou perdu du poids (au moins 5%) sans en avoir l’intention ? O/N

4/ Aviez-vous des problèmes de sommeil (endormissement, réveils nocturnes ou précoces, hypersomnie) presque toutes les nuits ? O/N

5/ Parliez-vous ou vous déplaciez-vous plus lentement que l’habitude, ou au contraire, vous sentiez-vous agité(e) et aviez-vous du mal à rester en place ? O/N

6/ Vous sentiez-vous presque tout le temps fatigué(e), sans énergie ? O/N

7/ Manquiez-vous de confiance en vous-même, ou vous sentiez-vous sans valeur, voire inférieur(e) aux autres, ou vous êtes-vous fait des reproches, ou vous êtes-vous senti(e) coupable ? O/N

8/ Aviez-vous du mal à vous concentrer, ou à prendre des décisions ? O/N

9/ Avez-vous eu à plusieurs reprises des idées noires, comme penser qu’il vaudrait mieux que vous soyez mort(e), ou avez-vous pensé à vous faire du mal ? O/N

Si le nombre de oui (y compris aux questions 1 et 2) est supérieur ou égal à 4 : il est possible que vous traversiez une phase dépressive.

MINI : Mini International Neuropyschiatric Interview conçu par David V. Sheehan aux Etats Unis et par Yves Lecrubier en France (Inserm U 302), 2005

 

Autres textes

Traitement des troubles dépressifs - dépression, trouble de l'humeur

A 40 ans, Monique n'a jamais connu d'hommes. Dernière d'une fratrie de neuf enfants, elle a grandi à la campagne dans la ferme familiale. Elle vit très isolée et vient me consulter dans un état dépressif avec « l'envie d'en finir ».

Lire Pathologie des troubles dépressifs - dépression, trouble de l'humeur Traitement des troubles dépressifs - dépression, trouble de l'humeur

La dépression chez l'enfant et l'adolescent

Ce texte décrit ce qui caractérise les troubles dépressifs chez l'enfant et l'adolescent.

Lire La dépression chez l'enfant et l'adolescent traitement en hypnothérapie La dépression chez l'enfant et l'adolescent

 

Bibliographie

ANGST, J. Major depression in 1998 : are we providing optimal therapy ? Journal of Clinical Psychiatry. 1999 : 60 : 5-9.

LECRUBIER, Y., SHEEHAN, DV., WEILLER, E., et al. (1997). The Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI). A short diagnostic structured interview : reliability and validity according to the CIDI. Eur Psychiat, 12(5): 224-231.

LE PAPE, A., LECOMTE, T. Aspects socio-économiques de la dépression. Evolution 1980-81/1991-92. Credes, 1996

PLAGNOL, A. Sémiologie et psychopathologie de l’adulte, in Psychologie Clinique et Psychopathologie. Paris : Presses Universitaires de France, 2006

SHEEHAN, DV., LECRUBIER, Y., SHENAN, KH. et al. (1989). The Mini-International Neuropsychiatric Interview (MINI): The development and validation of a Structured Diagnostic Psychiatric Interview for DSM-IV and ICD-10. J Clin Psychiat, 59(20): 22-33.

TYLEE, A., GASTPAR, M., LEPINE, JP., MENDLEWICZ, J. DEPRES II (Depression Research in European Society II) : a patient survey of the symptoms, disability and current management of depression in the community. DEPRES Sterring Committee. International Clinical Psychopharmacology. 1999 ; 14 (3) : 139-51.

Jean Touati

Hypnothérapeute

Thèmes associés : Psychothérapie | Thérapie brève | 75 | Bun out |

Cabinet Orgadia Paris Copyright © 2001 - 2019
Anciennes adresses :
46 rue Montmartre 75002 Paris
53 rue de la Chaussée d'Antin 75009 Paris