Hypnose Thérapeutique . Paris

Hypnothérapie . Hypnose Ericksonienne . Thérapie brève . Pnl . TCC . Paris . Cabinet OrGadia

Hypnose, hypnothérapie, hypnose Ericksonienne et thérapie brève, hypnotherapeute à Paris
Hypnothérapie, hypnose, thérapie brève et hypnose Ericksonienne, hypnotherapeute à Paris
Méthodes / Technique hypnotique sur la douleur
migraine et hypnose

Méthode hypnotique pour le traitement de la migraine

Article de Jean Touati, hypnothérapeute

Janvier 2009

Compte tenu des règles déontologiques de respect du secret professionnel et de réserve vis-à-vis des patients, les prénoms ainsi que certains éléments biographiques ont été modifiés.

L'hypnose est particulièrement indiquée pour le traitement des douleurs chroniques : migraines, névralgies, céphalées, fibromyalgie, douleurs neuropathiques, rhumatologiques, abdominales, cancéreuses, etc.

Je détaille dans ce texte, à la demande initialement de confrères, la démarche mise en œuvre dans le traitement d'un patient souffrant de migraine chronique. Il s'agit du travail réalisé avec Elias dont vous retrouverez, ici, le cas clinique :

Témoignage - Cas clinique Traitement de la migraine par l'hypnose  et douleur chronique Traitement de la migraine par l'hypnose (douleur chronique)

Ce cas est particulièrement intéressant et aussi surprenant. Elias a 56 ans, il souffre de migraines chroniques, « un cas d’école », me dit-il. Il habite en Nouvelle Calédonie et vient me consulter au cours d’un déplacement sur Paris. Je ne pourrai le voir qu’une seule fois. Six mois plus tard, lors d'un nouveau passage à Paris, Elias reviendra me voir pour me parler, cette fois, de sa nouvelle vie qu’il résume en ces termes : « Je suis passé de l’ombre à la lumière ! » Ces migraines, dont il souffrait depuis plus de 20 ans, ont en effet disparu à l'issue de cette unique séance.

 

Cet entretien thérapeutique a une durée d'1h50 avec un travail en hypnose d’1h. L'essentiel de l'anamnèse et de l'entretien préalable est repris dans le cas clinique.

Le travail en hypnose débute ainsi : j’invite Elias à fixer un objet, il préfère fermer directement les yeux et se met dans la position de méditation dont il a l’habitude : mains posées sur les genoux, index contre pouces.

Je n’utilise pas une « technique type » tels les protocoles de la PnL. L’induction peut se définir comme une approche dite d’hypnose humaniste, en ouverture sur son ressenti, sur sa connexion au monde, et mêlant toutes les modalités sensorielles en parlant de l’histoire d’Elias, de ce qu’il attend de ce travail, mélangé à ce qu’il entend (les bruits de la vie au dehors)...

J’ai un discours à la fois métaphorique et symbolique sur la possibilité de changement maintenant, aussi sur le changement des croyances d'Elias et en particulier celle-ci : « A quand la prochaine crise ? ».

Mon discours est nourri de contes, de multiples histoires que je « réécris » avec le vocabulaire, les expressions du discours d’Elias. Ces histoires sont encastrées les unes dans les autres (je commence une histoire, je poursuis par une deuxième, puis une troisième, etc., je reviens à la première, etc.) ce qui favorise la confusion et l’amnésie.

J’utilise également la dissociation : « Elias se voit différent, un grand bien-être dans toutes les situations qu'il apprécie...». J’utilise aussi des suggestions assez directes et imagées (le registre dominant d’Elias) sur les facteurs physiologiques de la migraine sur lesquels « son esprit » peut reprendre le contrôle. Mon discours est très soutenu et fluide.

Dès l’entrée en transe j’accompagne ma voix par une improvisation jazz au piano que je laisserai tout au long de la séance. J’utilise de nombreuses techniques d’approfondissement de la transe, et ceci également, tout au long de la séance. J’induis une lévitation des deux mains. J’ajoute que moi aussi je me plonge dans une légère transe hypnotique dès le début de la séance et je raconte ce que je vois, moi-même, dans cette transe.

Pour d'autres patients souffrant de migraines chroniques, après une première séance assez proche de celle que je viens de décrire, je pourrai procéder de manière assez similaire à ce que je fais dans le traitement des troubles anxieux ; notamment appliquer le protocole de régression en âge (RHV) puis dans une autre séance, le protocole de futurisation où la personne se voit et se ressent vivre sans son trouble. En effet, dans certains cas, la migraine semble se manifester comme le symptôme d'un trouble anxieux.

Pour conclure, je rappellerai qu'au-delà de la technique, et même si Georges Brassens nous rappelle, en riant, que « Sans technique un don n’est rien qu’une salle manie » en parlant de la façon de « bien savoir bouger les fesses » pour une fille de joie, il s’agit avant tout d’être capable de nouer très rapidement une relation authentique avec le patient (je vous renvoie notamment à Sandor Ferenczi ou Irvin Yalom que je cite dans d’autres articles) et d’être pleinement conscient que le thérapeute travaille « dans, sur et par la relation ». Pour cela les modèles de la Pnl permettent de faire un grand pas en avant ; s’ils permettent de pratiquer sa théorie et de modéliser sa pratique, il faut aussi avoir le sentiment de les avoir oublié à l’instar de nos schèmes gestuels — nous ne pensons pas pour faire quelque chose d’aussi complexe que de marcher — et ainsi passer de la technique à l’art de la thérapie...

N'hésitez pas à m'écrire si vous avez des questions ou interrogations.

Au plaisir d'échanger,

Jean Touati

Hypnothérapeute

Thèmes associés : Psychothérapie | Thérapie brève | 75 |

Cabinet Orgadia Paris Copyright © 2001 - 2019
Anciennes adresses :
46 rue Montmartre 75002 Paris
53 rue de la Chaussée d'Antin 75009 Paris